Quelle est la meilleure pompe pour votre évaporateur rotatif ?

//Quelle est la meilleure pompe pour votre évaporateur rotatif ?

Quelle est la meilleure pompe pour votre évaporateur rotatif ?

Les quatres questions à se poser

laboratory-scientist-lab-rotary-evaporation-knf-pumps-laboratory-flasks

La distillation fait partie des applications courantes dans un laboratoire. Mais quelle est la pompe à vide adaptée à l’évaporateur rotatif ? Et s’il y a déjà une pompe, est-ce la bonne ? Il est possible de déterminer la bonne une pompe en quatre étapes claires.

Quels sont les solvants utilisés ?

C’est important en raison des différents points d’ébullition des solvants. Pour s’évaporer, les solvants ayant un point d’ébullition bas, tels que l’acétone, le chlorure de méthylène et le pentane, n’ont pas besoin d’un vide final aussi faible que les solvants tels que l’acétonitrile, le benzène et le chloroforme. L’élimination des solvants à point d’ébullition élevé tels que l’eau, le diméthylsulfoxyde (DMSO), le diméthylformamide (DMF) et le toluène nécessite un vide final relativement faible.

Ainsi, il convient de s’assurer que la pompe atteint un vide final suffisamment poussé pour éliminer efficacement les solvants cibles. Cet aspect va de pair avec la nécessité de compatibilité chimique. Les matériaux appropriés seront sélectionnés en fonction du type de de solvant traversant la pompe. De ce choix dépendra la longévité et la qualité des performances de la pompe.

Quelle est la taille du ballon de l’évaporateur ?

Une pompe surdimensionnée n’est pas synonyme d’efficacité. En effet un débit trop élevé pour une application particulière est difficile à réguler, fonctionne de manière stérile et est coûteuse aussi bien à l’achat que pendant son fonctionnement. D’autre part, une pompe trop petite ou de capacité insuffisante ralentit l’évaporation et allonge les temps de traitement. Une pompe utilisée en association avec un ballon d’évaporation de 250 ml ne doit pas être utilisée avec un ballon de 20 litres, et inversement.

Quelle est la température du bain chauffant ?

L’objectif doit être de déterminer si la pompe est capable de fournir le niveau de vide requis et de contrôler les températures de la vapeur. Plus la température du bain est proche du point d’ébullition du solvant, plus le taux d’évaporation est élevé. Si le mélange n’est pas sensible aux températures élevées, une augmentation de la température du bain accélérera le process et réduira le besoin d’un vide final poussé.

Comment contrôler le vide ?

Commande manuelle, en hystérésis ou automatique? Le contrôle du vide permet d’optimiser le niveau de vide dans le système. Un niveau de vide optimal réduit les temps d’évaporation et assure un meilleur rendement du produit. Le contrôle du vide permet également une meilleure récupération du solvant et une meilleure reproductibilité.

La commande manuelle du vide fonctionne avec une vanne d’arrêt ou une vanne manuelle. Le niveau de vide est défini à vue. Avec cette méthode, il est nécessaire de surveiller l’ensemble du process, car le besoin en vide peut changer pendant l’évaporation.

La commande en hystérésis permet au vide présent dans le système de basculer entre la valeur de consigne élevée et basse en allumant et en éteignant la pompe. Cette méthode permet de laisser le process sans surveillance une fois définis les paramètres Min / Max.

La commande automatique fournit les meilleurs résultats en termes de séparation, de vitesse et de récupération du solvant, et permet de laisser le process sans surveillance une fois le paramétrage effectué. Ce type de commande ajuste le débit et le vide de la pompe en l’adaptant aux exigences du process. C’est la méthode la plus précise permettant au système de fonctionner à un certain niveau de vide tout en répondant aux conditions changeantes sans avoir à surveiller et à ajuster les paramètres.

Basé sur l’article How to Select a Pump for Rotary Evaporation, The Pump Post, 2014

pump-for-vacuum-evaporation-rotary-evaporation-knf-pumps-laboratory-experiment

Un système idéalement pour l’évaporation rotative

2019-10-14T17:01:30+00:0023 février 2019|Laboratoire|