La recherche sur le climat plus importante que jamais

//La recherche sur le climat plus importante que jamais

La recherche sur le climat plus importante que jamais

Voici comment les pompes KNF rendent possibles les projets climatiques du présent et du Futur

carbon-chimney-clouds

Les incendies continuent à ravager la forêt tropicale amazonienne. Selon les connaissances actuelles, ces incendies pourraient avoir un impact considérable sur le climat au niveau mondial. Chaque arbre qui s’effondre, victime du brasier, non seulement n’est plus disponible pour stocker du CO₂ mais aussi renvoie dans l’atmosphère une grande quantité du dioxyde de carbone stocké.

Une politique mondiale, une ambition collective et des résultats sérieux de recherche sur le climat sont quelques-uns des efforts qui peuvent contrer le réchauffement climatique. Toutefois, pour fonder des initiatives pour le climat et susciter un changement, les acteurs ont besoin des données solides, générées par des appareils de mesure fiables. Nous devons faire une évaluation qualifiée des effets et des causes et baser les activités sur ces résultats. Mais comment sont générées ces données ?

Au-dessus de la canopée de la forêt tropicale

La mesure de l’air joue un rôle important pour les projets futurs d’environnement, mais tout spécialement dans la situation actuelle. L’aethalomètre installé au-dessus de l’Amazonie était un projet collaboratif KNF bien avant les tragiques feux de forêt récents.  Les chercheurs n’auraient pas pu prévoir la survenue d’un tel événement si malheureux, mais les données recueillies par l’appareil leur fourniront plus de renseignements sur l’impact des incendies par rapport au changement climatique mondial.  

La tour ATTO (Amazon Tall Tower Observatory), construite dans la forêt amazonienne en 2015, est une étape majeure dans le développement de réglementations environnementales et des d’objectifs climatiques mondiaux. Elle contient une station de mesure Magee Scientific équipée d’une pompe à gaz à membrane durable. Ce n’est pas un hasard si la tour géante (325 mètres de haut) a été érigée au milieu de la plus grande forêt tropicale du monde. L’atmosphère à cet endroit présente des caractéristiques particulières qui offrent aux chercheurs des enseignements précieux permettant l’élaboration de modèles climatiques améliorés. C’est ainsi que l’impact des incendies de forêt actuels sur le climat mondial peut être décrit.

Installé à une hauteur de 150 mètres, un aethalomètre mesure les flux de carbone ainsi que les aérosols contenus dans différentes couches d’air. Les résultats des mesures collectées sur la tour ATTO fournissent des données lissées sur le bilan des gaz à effet de serre ainsi que sur les interactions complexes entre la surface du sol et l’atmosphère.

En raison de l’accessibilité difficile du site et de la hauteur vertigineuse de l’aethalomètre, les chercheurs participants de l’Institut Max Planck de chimie de Mayence (Allemagne) et de l’Universidad Federal de Minas Gerais comptent sur la performance à long terme de la pompe de la série N 86 de KNF qui ne nécessite aucune maintenance.

Sur les routes de Copenhague

C’est exactement la même technologie qui « roule » dans les rues de Copenhague : Nous savons tous qu’un air propre est essentiel à une vie saine sur terre. Plus que jamais, cela concerne aussi la population urbaine. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 90 % de la population mondiale respire un air pollué. Google, cherchant à nous permettre de prendre des décisions mieux informées et à accélérer les efforts pour une transition vers une ville plus saine et plus durable, a lancé un projet pilote en 2014 : ils ont équipé plusieurs véhicules Street View aux États-Unis d’appareils de mesure de la qualité de l’air afin de relever le niveau de trois polluants urbains : carbone noir (NC), monoxyde d’azote (NO) et dioxyde d’azote (NO2).

Le succès de ce projet pilote a poussé d’autres pays à utiliser ce type de mesure des particules fines : deux voitures de Google Street-View équipées d’un aethalomètre de la société slovène Aerosol d.o.o. sont sur les routes de Copenhague depuis octobre 2018 afin d’observer plus en détail la qualité de l’air de la capitale danoise.

Cet instrument de mesure installé, vendu sous la marque Magee Scientific, est équipé d’une pompe à gaz à membrane KNF à deux têtes : le modèle N 86. Cette pompe permet de transférer un volume défini d’air ambiant vers l’unité d’analyse de l’instrument qui mesure la teneur en carbone noir.

En savoir plus

Ce ne sont que deux des nombreuses applications qui utilisent la technologie des pompes à membrane. Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.

2019-11-15T07:40:54+00:007 octobre 2019|Environnement|